MARBRERIE FUNÉRAIRE :

Un savoir faire de fabrication mondial associé à un savoir faire de pose local

Le granit : la pierre du souvenir

Le granit est une roche magmatique (née avec ou par le feu). C’est une roche d’origine profonde provenant d’un magma liquide qui, en remontant à la surface de l’écorce terrestre, s’est cristallisée et solidifiée. Le granit est ainsi apparu avec le soulèvement des montagnes. Particulièrement dense et résistant à l’écrasement, le granit est une roche solide.

Depuis des millénaires, depuis que l’homme a su tailler la pierre, le granit fait partie de notre quotidien, nos ancêtres, depuis la préhistoire, ont toujours eu besoin de cette nature naturelle. Ils ont maîtrisé le granit pour construire leurs abris, pour signifier par leurs monuments, pour s’exprimer enfin à travers l’art de la gravure et de la sculpture.

On peut distinguer plusieurs variétés de granits selon les provenances :

  • Les gris : Tarn, Bretagne
  • Les noirs : Bretagne (pour le Lanhélin), l’Afrique, l’Inde, la Chine
  • Les roses et veinés : Bretagne, Espagne, Brésil, l’Inde, la Chine, la Russie
  • Les bleus : Scandinavie, l’Inde, la Russie

Le granit français

Il existe cinq régions dont la richesse du sous-sol en granit en permet l’exploitation : la Bretagne, le Limousin, la Normandie, le Tarn et les Vosges. Le granit étant un matériau naturel, la teinte et la texture peuvent varier par rapport à l’échantillon.

Votre monument 100% fabrication Française

En achetant un monument fabriqué en France, vous participez au développement durable et allez dans le sens d’une gestion responsable et citoyenne de votre achat : transports et bilan carbone favorables, valeurs environnementales, territoriales et humaines. Ce certificat d’origine vous garantit que votre monument a bien été fabriqué en France.

Notre force : votre confiance

Avec près de 90 monuments en exposition sur BAPAUME, ALBERT, CORBIE et CAMON, nous vous proposons un large choix de monuments funéraires.
Notre volonté et nos priorités sont de :
  • s’adapter à votre budget
  • être capable de poser un monument pour le jour des obsèques
  • vous garantir la qualité du monument
  • vous offrir le meilleur prix
  • avoir la compétence de dessiner ensemble votre monument
  • couvrir une large zone géographique

Le CAVEAU

La tombe funéraire, ou monument funéraire, est un ouvrage destiné à perpétuer le souvenir et à matérialiser l’emplacement d’une sépulture. On distingue plusieurs sortes de sépultures, ou pierres tombales, selon que le cercueil est isolé ou non du sol, et en fonction de la taille et de la hauteur du monument :

  • le caveau
  • la tombe pleine terre
  • ou encore l’enfeu (majoritairement dans le Sud de la France)

Le caveau

Le caveau est la sépulture la plus courante en France. Il s’agit d’une structure bétonnée enfouie sous terre, sous le monument, permettant d’isoler le cercueil de la terre.

Il existe plusieurs types de caveaux :

  • le caveau simple, ou les cercueils sont superposés les uns au-dessus des autres avec des dalles de séparation
  • le caveau double, ou on peut disposer 2 cercueils l’un à côté de l’autre par niveau. Il se construit sur une concession de 4m²

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le caveau n’est pas étanche. Il laisse passer l’eau. Cela permet d’éviter l’effet « bouchon de liège » ou le caveau pourrait remonter à la surface si une inondation majeure venait à se produire dans le cimetière. L’eau pourrait « pousser » l’ensemble du caveau hors du sol, ce qui ferait mauvais genre, avouez-le.

Le « niveau » le plus proche du sol, que l’on peut voir sur l’illustration au-dessus, est dénommé le « vide sanitaire ». Il s’agit d’un espace vide de ~50cm de haut dans lequel il est interdit d’inhumer un cercueil. Cependant il est tout à fait possible d’inhumer une ou plusieurs urnes à cet endroit.

L’avantage du caveau, en plus d’isoler le cercueil de la terre et donc d’assurer une meilleure conservation du cercueil, est qu’il sert également de « fondation » au monument situé au-dessus et assure ainsi une très grande stabilité de l’ensemble de la sépulture.

Son inconvénient est qu’il est plus cher qu’une sépulture en pleine terre et peut prendre plus de temps à poser, ce qui peut être ennuyeux lorsqu’on est pris par le temps lors d’organisation d’obsèques.

La tombe pleine terre

La tombe pleine terre est comme son nom l’indique une tombe creusée à même la terre, ou les cercueils sont superposés les uns au-dessus des autres, et à laquelle il faut ajouter 1m de terre par-dessus. On compte ~50cm d’espace pour chaque cercueil. Donc pour une sépulture pleine terre 1 place, il faut compter un creusement de 1m50, et 2m pour 2 places.

Certaines religions préconisent que l’inhumation ne se fasse qu’en pleine terre. C’est en particulier le cas pour les enterrements musulmans : l’inhumation en pleine terre est obligatoire. Dans les pays qui l’autorisent, la France n’en fait pas partie, l’enterrement se fait sans cercueil en pleine terre pour les cérémonies musulmanes. Par ailleurs, le défunt doit être orienté vers la Mecque.

De nos jours il est interdit de construire de nouveaux cimetières confessionnels. L’ensemble des cimetières doivent pouvoir accueillir l’ensemble des religions. Cependant, pour des raisons de maximisation de l’occupation des sols et de praticité du à l’orientation spécifique des sépultures musulmanes, celles-ci sont bien souvent regroupées dans un carré particulier du cimetière.

Dans beaucoup de cimetières, en même temps que la sépulture pleine terre, il est obligatoire de construire une semelle (voir définitions ci-dessous). Celle-ci a pour but de délimiter la sépulture et d’éviter que les visiteurs ne marchent au-dessus du cercueil par inadvertance.

Pour des concessions de 30 ans ou plus, ou si vous souhaitez poser une semelle en granit (et non en ciment/béton) ou un monument, il est également nécessaire de construire une fausse case (désignée par la flèche « béton » dans l’illustration ci-dessus). Celle-ci va jouer le rôle de « fondations » et va empêcher que la sépulture ne s’affaisse avec le temps.

L’avantage principale de la sépulture pleine terre est son coût très modeste.

L’enfeu

L’enfeu est une case hors sol dans laquelle est placé le cercueil. L’enfeu peut accueillir un ou plusieurs cercueils. Il est surtout utilisé dans le sud de la France et de l’Europe. Cela peut s’apparenter à un columbarium, mais pour des cercueils et non des urnes.

Dans un contexte plus ancien, l’enfeu représentait un tombeau encastré dans les murs des différents monuments religieux comme les églises, les cathédrales ou les basiliques. Autrefois, ils étaient réservés aux religieux, aux nobles ou personnes importantes.